AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eirian Reyes [BE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 768
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Eirian Reyes [BE]   Mar 16 Jan 2018 - 2:01


Eirian ReyesYou were not made to be understood. You were made to be experienced.
NOM : Reyes. Qu'on gueule à tout va - déformation professionnel, à ce qu'il paraît. Reyes, qui te sers tout autant de prénom. Rian ou Reyes, tu te retournes. Tu frousses le nez - y'a quoi encore ?
PRENOM : Eirian. Pas tout à fait fille, certainement pas garçon. Eirian qu'on massacre dans un Erin ou Eirie, sauf qu'ils ont tout faux. C'est trop fleuris pour toi. Toi, t'es Rian, comme Ryan mais sans le y pour faire son intéressant. Rian, tout en fluidité. Court. Simple. Facile à retenir.
DATE DE NAISSANCE/ ÂGE : 4 avril 2201 / Ving-six ans. Presque vingt-sept ans, un peu de respect hein ! Trop jeune qu'on répète. Bien assez vieille qu'on radote. Faudrait quand même se fixer hein ?!
STATUT CIVIL : Célibataire. Trop exigeante qu'on dit - foutaise. Trop compliquée - pas tout à fait faux ça. Trop prise ailleurs - là tu parles ! En fait, t'as pas le temps et/ou envie, les efforts c'est bon pour ta carrière, pas pour ton derrière. Chacun son truc. Les hommes, ça va et vient - dans tous les sens du termes d'ailleurs - et ça te va parfaitement. À eux aussi, d'ailleurs. Parce que finalement, t'es assurément aussi chiante qu'ils le disent - le truc c'est que tu n'en as pas honte. Plutôt crever.
OCCUPATION ET AFFECTATION : Officier < Combattante > Légionnaire. Manque de bol pour les autres, mauvaise pioche pour tes parents. Personne n'a compris. Sauf lui. Marcus, un sourire en coin, les sourcils froncés. Il a compris, mais il n'a pas apprécier pour autant. Maman à tenté de marchander, papa de t'effrayer. Sauf que les risques, ça t'excite - les armes aussi, mais ça... chacun son truc, comme on dit.
HABITATION : Argus One. Cocon douillet des militaires. Ou pas. Parce que ça gueule fort là-bas. Parce qu'il y fait parfois - souvent - trop chaud. Et pas à cause de toi - juré. Mais surtout, parce que tu supportes mal la solitude. L'angoisse comme un étau, dès que la porte se referme. Des palpitations dans la poitrine, qui n'ont rien à voir avec l'asthme. T'es plus une petite fille, tu le sais bien, mais dans le noir, t'oublies. Jusqu'à ce que ton voisin de droite - Jesper (que tu vas la fermer ?!) - remette ça avec Charlie. Que tu balances une chaussure contre la parois vous séparant. Que tu refermes les yeux, un sourire au coin des lèvres - (Jesper que tu vas quand même bien dormir, vieux.)


INFORMATIONS PERSONNELLES
LIEU DE NAISSANCE : La flotte. Pas de Luna pour toi, pas même un petit bout de terre. Tant pis, hein. Tu ne rates rien, pas quand tu es l'une des nombreuses étoiles ayant élu domicile dans le firmament. Booyah !
FAMILLE :
+ Orpheus Reyes (père) : Astronome et excentrique, il est à la fois ton héro et une source éternelle de malaise. Le rire trop nerveux. La tête trop pleine. Les yeux constamment plissés. Une info importante sur le bout de la langue et les doigts qui frétillent. Tu as hérité de : sa confiance, sa passion et son manque flagrant de délicatesse. Il faut le voir écarter un collègue quand il a besoin de place, c'est presque du sport contact.
+ Clara Maer (mère) : Infirmière et bavarde, elle aime bien jouer à être ta conscience et te filer la migraine. Le regard trop inquiet. Les mains trop chaudes. Elle en a toujours trop et pas assez sur les bras. Elle distribue les reproches et remarques, tout en auscultant ses patients - ou toi, booh - avec une aisance inquiétante. Tu as hérité de : son acharnement, son honnêteté et son aisance à se faufiler partout. Tu n'irais pas jusqu'à dire qu'elle a le chic de s'imposer, sauf que oui. Totalement.
+ Epsilon Reyes (frère ainé - décédé) : Militaire combattant et bruyant, il était une force de la nature. La voix trop forte. Le sourire trop charmant. Il avait toujours des conseils - tout pourris - à offrir aux autres. Trop généreux de sa personne, il t'a laissé un trou béant dans la poitrine. Partit trop vite. Trop jeune. Il est mort il y a déjà 16 ans, embolie pulmonaire. Une connerie. Une fracture et ça y était, le caillot est remonté. Le caillot l'a achevé et Marcus, son BFF ultime, a hérité de ta personne. En attendant, il t'a légué : son sens de l'humour un peu piquant, son amour pour le combat et le sens de la camaraderie.
ORIGINES : Tes parents sont terriens, papa vient de la région 1 et maman de la 3. Sans Luna, ils ne ce seraient d'ailleurs jamais rencontrés. Pas de big bang. Pas de conception cosmique. Pas de jeu coquin entre l'astronome - pas si coincé que ça d'ailleurs - et la charmante infirmière - très coquine celle-là. Pas d'Epsilon, ton frère, un Lunaire. Tu aurais dû en être une aussi, tu y as même été conçu. Mais c'était avant. Que tout déconne. Que Mars soit évacué. Que ton père décide de suivre le même élan, ta mère et ton frère sous chaque bras. Et toi, en apesanteur dans le ventre de ta mère. Durement accroché - comme tout bon parasite.
DOSSIER MÉDICAL : T'es en pleine forme, t'as même une vue perçante - inquiétante ? Ouais aussi. Tu as d'excellent réflexe - l'impulsivité c'est beau. Après, tant que t'as tes inhalateurs, tout roule Raoul. Il arrive aussi que ton genou clignote quand tu passes un portail, mais comme il te sers d'arme, c'est plutôt cool. Bon d'accord, très cool en fait.
Asthmatique : Un petit défaut de fabrication, parce que la perfection c'est surestimé quoi ! De plus, avec une maman infirmière, ça n'a jamais été qu'un contre-temps. Une petite palpitation entre deux respirations. Un étau temporaire. Parce que les inhalateurs ne sont jamais bien loin. Parce que t'as beau être horriblement têtue, même toi tu sais que tu dois te soigner quotidiennement. Y'a toujours une limite à la connerie - t'évites de la frôler.
Genou droit amélioré : Parce que Jesper t'as fait sauter la rotule. Un soir, comme ça. En riant. En jouant. Plus jamais, Rian. T'as appris ta leçon - mais fallait quand même voir la gueule de Marcus quand il a réalisé qu'il y avait un trou dans ton genou. Bon, maintenant tu en ris - il faut. Mais ça n'a pas été une partie de plaisir non plus. Plutôt comme des échecs. Long. Chiant. Douloureux, jusque dans ton âme. On a du remplacer ta rotule, relier ce qui restait ensemble. Le bon côté ? Aujourd'hui, quand tu balances un coup de genou dans le ventre de quelqu'un, il a du mal à se relever. Même que ça fait un peu peur aux mecs. Si le ventre est sensible, imaginez un peu une paire de noix... ah-ha !
PSYCHOLOGIE :
Fonceuse // Tranchante // Confiante // Exigeante // Déterminée // Impulsive // Entreprenante // Crue // Amicale // Abrupte // Espiègle // Revancharde // Passionnée // Sarcastique // Marrante // Bagarreuse // Vaillante // Frondeuse // Honnête // Émotive // Indépendante // Têtue // Enthousiaste // Revancharde // Débrouillarde // Familière // Aventureuse // Hyperactive // Décidée // Compliquée // Dynamique // Critique // Engagée // Agressive // Loyale // Castratrice // Endurante // Compétitive // Pragmatique // Acharnée // Combative // Orgueilleuse // Franche // Envahissante



CHRONOLOGIE 2201 + Naissance à bord de la flotte & rencontre entre la famille Reyes et Riley.
2209 + Début de ton crush sur Marcus - AKA tu croyais vouloir le marier, ha ha ha !
2211 + Accident, puis décès d'Epsilon - AKA l'année où tu refusais de porter autre chose que du noir.
2216 + Baptême stellarien - AKA premier essai d'une dose minime d'Astre, wouhou !
2219 + Formation spécialisé en combat militaire - AKA tes parents pètent un câble : « tu disais que tu allais faire mécano !!! » bah non, t'as mentis.
2222 + Stage n°1 au sein de la milice - AKA un sacré bordel et pas mal de shot. Stage n°2 au sein des douaniers - AKA ha ha, bis.
2223 + Stage n°3 au sein au sein des légionnaires - AKA là t'as moins ris, Marcus ne déconnait pas.
2224 + Affectation au sein des légionnaires - AKA trois pénibles et interminables mois dans le Fer... aussi bien dire que depuis, t'évites de lever la main quand on cherche à qui le prochain tour. Dérapage avec Marcus - AKA t'as un peu beaucoup séduit un homme marié, tu devrais avoir honte. Sauf que non ? Non.
2225 + Blessure au genou droit - AKA le mauvais plan avec Jesper et l'année où t'as du faire régime, parce que l'allocation santé est une connerie, genou badass ou pas. Divorce entre Marcus et sa femme - AKA fiesta ? Non ? Personne ?! Bah toi, t'as visiblement pas reçu le mémo, parce que t'as fêté ça, OLÉ !

UN FAMILLE | Proche des tiens, tu aimes ta famille avec quelque chose de féroce et d'un peu passif-agressif. En roulant parfois des yeux. En soupirant. Parce que t'es la petite dernière - le caprice, le désir ultime. Le second enfant dans un monde où ce n'est même plus permis. T'es un peu la déception, tu le sais bien, l'enfant qui n'a pas suivis le bon chemin. C'est ton frère qui devait être le militaire, toi on t'imaginait ailleurs. Scientifique, médecin, déléguée, ils étaient même prêts à accepter que tu deviennes mécanicienne en souriant. Sauf que non. T'as décidé de bifurquer à droite et même si tu sais que tes parents t'aiment toujours, tu as conscience de leur égarement. Pourquoi est-ce que tu n'as pas encore d'époux, hein Eirian ? Mais surtout - la faute ultime - pourquoi tu n'as pas déjà un enfant ? Tu t'es déjà posée la question, bien entendu : pourquoi est-ce que tu ne rêves pas d'enfant ? Foutu bonne question. Oh, ton père est d'avis que rien ne presse - tu seras à jamais sa petite fille après tout - mais ta mère ne te lâche plus avec ça. Elle t'arrange des rencards avec à peu près tout ce qui est encore en âge de te fournir de l'ADN - ce qui est très humiliant, merci maman. Seuls points positif de ses essais ratés ? Voir ton père tenter de jouer la brute alors qu'il est tout frêle - merci papa, vraiment. Et la regarder tenter de te caser avec soit; a) Marcus - sans enfant, tu veux bien - b) Jesper - peut-on réellement avoir un enfant avec un autre enfant ? Ha ha !

DEUX CARRIÈRE | Bien que tu ne rêves pas d'être l'épouse ou la mère - tu ne le souhaiterais à personne, ahem - tu considères parfois jouer les deux rôles au sein des Légionnaires. Probablement parce que la majorité de tes collègues de travail sont des hommes et/ou des enfants - une autre excellente raison pour ne pas suivre les caprices de ta mère. Pourquoi est-ce que tu voudrais faire des heures supplémentaires hein ?! Oh, tu as bien songé à devenir mécanicienne, la faute à ta passion pour la mécanique, pour le bidouillage en tout genre. Sauf que non, tu étais trop hanté par Epsilon. Son fantôme comme un appel de sirène - son absence comme un trou que tu as comblé. Est-ce qu'il t'arrive de regretter ? Jamais ! Tu adores ton travail, peut-être même trop. Parce que ta colonne vertébrale est parfois trop droite. Que le bout des doigts te démangent - compter les cartouches c'est apaisant, oui. Non, tu as beau aimer faire des bêtises, ta carrière n'en est pas une. Dès que tu enfiles ton uniforme, que tu passes tes armes, tu changes. Tu grandis. Et ça, il y a de quoi en être fière.

TROIS PASSIONS | Depuis toute petite, tu aimes bricoler. En fait, c'est même la faute à ton père, qui a mélangé vos cadeaux une année - alors t'as hérité de la boite à outil d'Epsilon et lui, d'un kit de chimie. Bien entendu, vous n'avez pas voulu échanger - plutôt mourir, oui ! Alors tu as longtemps été la bricoleuse - même si en réalité, tu l'es toujours, ta mère te demandant de réparer ceci ou cela quand tu daigneras passer. Tes parents croyaient que c'était là ta destinée, mais non, quelques cours lors de tes études t'on suffit - ou pas, qui sait. Maintenant, ce n'est plus qu'un passe-temps. Un tour de plus dans ton sac - c'est bien castrateur en plus, he he. Sinon, comme la plupart de tes potes militaires, tu adores le gym. Parce que tu aimes être toujours prête, au maximum de tes capacités et si, en plus, tu peux faire la course avec quelqu'un, c'est encore mieux ! Là-bas, personne ne te reproche ton amour de la compétition, ta combativité est même respectée. C'est évidemment pire depuis qu'on a modifié ton genou - avoir été au plus bas de ta forme t'as donné un sacré coup de fouet. Quant aux sports, les combats gagnent ton affection, haut la main. Depuis deux ans, c'est même vers la boxe que tu t'es tourné - parce que filer des claques à des mecs, ça te branche à mort. Sur le ring, pas de triche, pas de passe-droit - pas d'arme. C'est presque la loi de la jungle et ce côté animal, brute, te plait énormément. C'est évidemment mieux lorsque tu gagnes - pour ensuite te pavaner et ricaner, parce que se faire battre par une meuf, c'est la loose hein !

QUATRE MANIES | S'il est vrai que tu es quelqu'un de très - trop - franc, ton corps te trahis tout autant que tes paroles. Parce que tu es bourrée de manie, toutes très difficiles à ravaler, pour peu que tu y penses - comme si t'avais du temps à perdre, pfeuh ! Dès que tu es tendue, tu passes ton temps à t'étirer le cou - droite, puis gauche. Une main contre ta mâchoire, la paume contre ton menton. Charmant, oui oui. La frustration passe par ta moue - et non, tu n'aimes pas qu'on songe à la définir comme adorable, parce que c'est faux ! Trop absorbée dans tes pensées ? Tu mâchouilles aussitôt quelque chose; ta lèvre, une phalange, un doigt, un bout de crayon. Une fois, tu as même mordillé le bras d'un pote - l'alcool, c'est mal ! Sur le terrain, ou juste avant, tu comptes et recomptes tes cartouches - même s'il est hors de question d'avouer que c'est la faute de la nervosité. Autre habitude qui fait toujours sourciller les autres - au début du moins - c'est ton incapacité à passer une porte ou un seuil, sans en toucher le haut. Quitte a sauter. Quitte à t'étirer. Quitte à foutre un coup à un collègue pour qu'il te soulève un peu. C'est ton porte-bonheur en quelque sorte - c'est con et ?! Autre détail : tu détestes te battre ou travailler, les cheveux libres. Du coup, tu trimballes toujours un élastique à ton poignet.

CINQ EPSILON | Il te manque tous les jours depuis seize ans - et c'est vachement long, seize ans. C'est comme si en mourant, ton frère était devenu un trou noir - celui qui aspire tes souvenirs et parfois ton sourire. L'oubli qui cède la place à l'idéalisation - ton frère comme un héros des temps modernes, trop parfait maintenant qu'il est éternel. T'as jamais été une grande poète dans l'âme, mais pour Epsilon tu t'es toujours démenée. Parce que, quelque part, tu ne sais pas vivre sans sa perte. Sans cette douleur constante. Parce qu'il était plus que ton frère, c'était ton confident et ton meilleur ami, le seul apte à réellement comprendre. Parce qu'il t'a fait, à quelque part. Bien plus que tes parents. Pourtant, Epsilon est un sujet très peu abordé avec tes parents - la douleur, c'est encore plus dégueulasse en groupe, juré. Il n'y a donc qu'avec Marcus que tu approches parfois le sujet - les jours où ça ne te fait plus suffisamment mal. Un élan masochiste dans la poitrine - chacun son poison. Les jours où il essaie de te rappeler qu'il n'est peut-être pas ton frère, mais qu'il veut t'offrir le même support - le hic, c'est que toi tu préférerais qu'il te prouve son soutient en enroulant tes cheveux autour de sa main et... bref.

SIX RELATIONS | C'est assurément la faute de ton frère et de ses amis, si tu n'as jamais su être réellement intimidé par un quelconque membre du sexe opposé. Oh, il ne faut pas croire, tu adores les hommes - totalement ! Il y a définitivement quelque chose d'attachant et de rassurant dans la simplicité de leur réaction - de leur interaction même - avec les membres de ton sexe. Oh, ils leurs arrivent de japper fort, de mordre même, mais tu sais te défendre, alors à quoi bon les craindre hein ? En réalité, tu t'es toujours sentie plus à ta place auprès d'eux. Les femmes, au contraire, sont source de grande confusion pour toi - elles sont quand même vachement compliquées. Les non-dits, les grands espoirs romantiques ou cette fascination pour les sentiments, t'ont toujours un peu essoufflé. Comment font-elles hein ?! Bon, tu partages la plupart de leurs caractéristiques - oui, quand même, tu as vérifié sous la douche et tes potes on confirmé le truc - mais tu ne possèdes pas leur aura de mystère, ni leur douceur. Tu n'as jamais su, en réalité. Couteau à double tranchant, puisque tu n'as rien de la demoiselle en détresse - encore heureux que tu ne vives pas dans l'ère médiévale, sinon tu serais bien baisé. Du reste, vive la friendzone hein - et au pire, tu n'as jamais eu honte de demander à revoir ton titre et statut auprès d'un mâle alléchant.

SEPT SANTÉ | Membre du joyeux club des asthmatiques, tu ne considères pas cette petite complication comme un véritable souci. Déjà, parce que maman t'as bien outillé - et harcelé depuis gamine, il faut le souligner - mais aussi parce que tu fais très attention à tes symptômes. Tu ne fais pas partis de ses idiots qui s'enfoncent la tête dans le sable dès que leur santé flanche - ha ha, jamais ! Non, toi tu te soignes et tu prends soin de toi - ton corps est une machine bien huilé, oh que oui ! Enfin, ça ne signifie pas que PARFOIS, tu déconnes un chouia. C'est d'ailleurs durant l'un de ses moments - magiques, disons - que tu t'es fait éclater le genou. Et que Marcus a passé à un doigt - ou genou, ha ha ! - d'éclater Jesper en retour. La boisson et les armes à plasma, ce n'est jamais un bon mélange. Ja-mais. Mais tout va bien, tu as toujours ta jambe et ton genou fait même maintenant un joli bruit métallique quand tu cognes dessus avec ton poing. Bon, les quatre mois que tu as dû passer sur la touche t'auront presque achevé, mais ça va, tu t'es vengé en taxant le coupable - tu l'as même pardonné, c'est beau l'amour !

HUIT COMBATS ILLÉGAUX | Tu considères ton attrait pour la violence - et le sang, tant qu'à faire - comme une déformation professionnelle. Sauf que voilà, tu fais partie des « gentils », tu es censé protéger et servir - mais jamais autant que la milice, que les étoiles soient louées. Alors quand taper sur un ring ou pousser ton corps plus loin - plus fort - ne suffit plus, il t'arrive d'aller regarder des combats. Jusqu'au sang. Jusqu'à ce que l'un des deux tombe... et qu'il ne bouge plus beaucoup. Et tout ça, dans des endroits paumés - c'est plus excitant quand même ! Oh, bien entendu tu pourrais te contenter de regarder les gens se boxer au gym, mais si tu apprécies la chorégraphie des combats contrôlés, tu n'en admires pas moins la laideur entière de l'homme quand il n'existe pas de règle. Dans la violence. Dans la rage, pur. Dur. Et puis, personne ne pari quoi que ce soit dans les gyms - pas sans un peu de forcing de ta part, du moins.

NEUF POISON CONTRÔLÉ | Il existe aussi des soirs sans sang, où tu n'as qu'une seule envie : t'effacer. Oublier. Des soirs où, souvent, Epsilon prend trop d'espace. Alors, tu te tournes plutôt vers l'alcool - AKA une drogue douce et contrôlée. Il serait facile de blâmer ton entourage et tes collègues de travail, tes amis y compris, pour ce penchant, sauf que non. Foutaise. Tu aimes prendre un coup - voir deux ou trois MÊME QUE - et tu l'assumes, contrairement à certaine connerie perpétrée PENDANT l'ivresse. C'est malheureusement un fait, tu t'abrutis considérablement quand tu bois - il t'arrive même de chercher où tu as pu cacher ton gros outil, sans commentaire hein. Cela dit, on fait difficilement plus divertissante, ou aventureuse que toi. L'alcool t'adoucit même, te rend plus câline - et gloussante.

DIX GIGOLO | Ah le voilà enfin, ton petit péché mignon - ou comme tu aimes le dire : ta friandise. Certains aiment le dessert, d'autre une dose d'Astre, toi quand tu veux entièrement décroché et dormir comme un bébé, ce n'est pas vers la violence ou l'ivresse que tu te tournes - ha ha, c'est facile ça ! Non, toi tu préfères t'offrir une nuit torride et donc, retenir les services d'un prostitué. Oh, ça ne plait pas à ta mère - ce n'est pas un gigolo qui va t'aider à lui pondre un petit enfant hein ! - mais ceci n'a rien à noir avec cela. Tu n'en as d'ailleurs pas honte - à d'autre, hein ! Tu fais soigner tes blessures par des médecins, alors pourquoi ne pas profiter d'un professionnel pour ce genre de besoin hein ? VOILÀ ! Ça ne signifie pas que tu paies toujours pour ce genre de divertissement - toi aussi tu sais apprécier la maladresse d'un mâle un peu paumé ou intimidé, si si ! Mais quand tu veux que les choses soient « bien faites » tu n'hésites pas à y mettre le prix.

Que pensait votre personnage du gouverneur Adam Wilkinson? Quelles sont ses pensées maintenant qu’il est mort, laissant derrière son plus grand projet
Toute ta famille à toujours apprécier le vieux bonhomme. Papa avec quelque chose de ridiculement révérencieux. Comme si Wilkinson était un espèce de demi-dieu. Maman avec une pointe de pitié, parce qu'il a quand même du buter des gens - et ça, c'est mal ok ? Ok. Puis, y'avait Epsilon. Plus lucide que les autres, capable de le respecter mais refusant de lui baiser les pieds. Qui ne lui aurait jamais tourné le dos, parce que les gens puissants sont toujours dangereux. Alors non, sa mort ne t'as pas réellement peiné. Oh, t'as consolé papa, lui tapotant gentiment le dos quand vous vous êtes vus après l'annonce - et un homme dans la soixantaine qui pleure, c'est moche. Mais toi, tu ne vois là qu'une nouvelle possibilité - OH et aussi, nid à emmerde. De l'action à venir - et ça, tu ne dis pas non. C'est qu'il ne faudrait pas commencer à s'ennuyer non plus hein !

Quelle est l’opinion de votre personnage sur les candidats qui se présentent pour remplacer Wilkinson? En ce moment, auquel d’entre eux pense-t-il donner son vote?
Toi, t'as un avis sur tout - et rien, surtout rien, mais chut. De fait, ta supérieure Leona Rosenstein a beau avoir une superbe technique - tirer et ensuite parler, c'est plutôt cool hein - elle ne t'as pas convaincu. Pas encore. Probablement parce qu'en réalité, tu n'as rien à faire de la terre. Or, elle a un peu - beaucoup - dans l'idée d'utiliser ton cul pour ramener le sien sur terre. Et ça, c'est con hein, mais ça te dérange un chouia, ha ha. Pourquoi est-ce que tu devrais aller risquer ta vie pour une vieille planète toute pourrie ? VOILÀ ! Et puis, tu grimaces un peu quand tu l'entends parler de ses résolutions à venir. Plus de ferme ? Ok. Plus de bébé ? Et elle va les mettre où ? Dans les fermes ? T'as comme le sentiment que ça ne plaira pas des masses aux gens - c'est con hein, mais t'as du flair comme ça, toi ! Quant à cette idée de génie d'encourager la privation ET la formation militaire, là tu vois venir un sacré bordel. Or, une tonne de gens grincheux et armés, dans l'espace, c'est un joli scénario catastrophe. Donc naaaaaan, tu passes !
Vient ensuite Priya Mugheri et ses beaux idéaux. Là, étrangement, tu n'as pas grand chose à dire - tu te contentes de sourire avec un air attendris. Ou de rire, tout dépendant de ton état de sobriété. Elle est mignonne, si si ! Mais franchement, elle est là depuis trop peu de temps. 10 ans, ce n'est rien. Elle n'est pas de ton « peuple », ce n'est jamais qu'une terrienne qui veut retourner à la maison. Elle manque de lucidité ou bien on a encore oublié de nettoyer la ventilation dans son bout de la flotte - en bref, tu n'y crois pas. Tu es d'avis qu'elle devrait plutôt écrire pour le radiothéâtre - quitte à fabuler hein ! En plus, ça ferait plaisir à Marcus et Jesper - bande de ploucs, ha ha !
Finalement, tes espoirs tiennent - tant bien que mal cela dit - sur les frêles et jeunes épaules de Jonathan Zafy. Évidemment, il est trop jeune, mais tu partages son désintérêt pour la terre - pfeuah ouais ! Voguer à travers l'espace en quête d'une nouvelle maison, ça te rend presque romantique. Pas assez pour comprendre entièrement son délire, mais des trois candidats, il est le moindre des maux. Faire plus de recherche ? Parfait. Accumuler plus de ressource ? Tout le monde y gagne, c'est clair ! Préparer des plans pour une hypothétique planète ? Wahou, on se calme Jojo - oui bon, dans ta tête, vous êtes très familier maintenant. On ne peut pas réellement planifier sans savoir où on déboule hein ? Ouais voilà. Mais après, toi t'es d'avis que faut le laisser aller, accumuler et agrandir la flotte. Puis, quand il sera prêt à parler de plan pour le long terme d'un nouveau paradis, hop un petit coup de crosse et TADA ! C'est simple. Pratique. Logique. Donc non, tu ne vas pas partager les tracts et te balader avec son macaron sur ton uniforme - même si ça vaudrait le coup, rien que pour voir la gueule de Rosenstein - mais tu veux bien le soutenir.





PSEUDO/PRÉNOM : bat'phanie / Stephy ÂGE: 30 yo :haut: PAYS : Canada ! :bas: COMMENTAIRE : Waaaah le forum est trop jouliiiiiiiie et puis toutes ses annexes ! 😱 :coeur: Oh et un gros AMEN pour le concept huis clos, franchement, vous gérez la fougère. :comhere: (Et si jamais je fais des bêtises, c'est tout la faute à Marcus, qui m'a rameuté. Surprised:) AVATAR ET CRÉDITS : Phoebe Tonkin, ava par FRIMELDA :coeur:

Codes de validation:
 


full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php En ligne
 

Eirian Reyes [BE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TASTY PLAYGROUND :: Rp land ~ :: Fiches-